Recueil de timbres

 


L'exposition "Recueil de timbres" réunit en octobre 2013 à Lendroit, Rennes, les posters édités depuis juin 2011.

 

Peu noble, plus pauvre, le terme poster a été préféré à celui d'affiche pour les notions d'économie qui y sont attachées et l'imaginaire incertain qui l'entoure.

 

La technique de reproduction employée, le tirage de plan, ajoute encore à la singularité du support. Ce mode d'impression est communément utilisé pour la sortie de plans d’architecture: il rend compte de tracés fins, noirs, et n’est pas destiné à assurer la sortie d’un autre type d’image, qui pourrait recourir aux aplats et aux nuances de gris.

 

Des invitations sont faites à des artistes pour occuper ce type de surface, en prenant en compte les contraintes liées au projet pour élaborer quelque chose de singulier.


Une image retenue pour ses qualités ténues et sensibles est alors exposée à un trouble, et il s’agit de voir à quel point ces facteurs peuvent être à la fois conservés sur un nouveau support et  format, et dérangés par une technique d’impression peu propice à la fidélité du rendu.

Il nous faut alors accepter les pertes et imprécisions liées au mode de reproduction, jusqu'à parfois la disparition de certains motifs.

A la sortie, il y a une image altérée que nous n’attendions pas.


Les nuances et finesses de ces images parfois peu lisibles sont autant de voix différentes et toutes un peu sourdes.


Exposition "Recueil de timbres", Lendroit Galerie: Rennes, 9-30 octobre 2013.

 

Merci à Marion Jdanoff, Raphaël Eskenasy, Séverine Hubard, Raphaël Kuntz, Manuel Calard, Nadia Agnolet, Tom de Pékin, Alice Rétorré, Camille Girard, Paul Brunet, Mathieu Renard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les timbres:

Tom de Pekin: Poussinade VII "Paysage au soleil Couchant"

Certains soirs, il y a des nocturnes au Musée du Louvre. 
Jusque tard dans la soirée, Tom de Pékin a occupé les salles qui offrent des conditions de contemplation et de travail adéquates pour son projet "Poussinade", contraction de Poussin , peintre français du 17e siècle, et de promenade. 
Tom de Pékin a beaucoup "poussiné" et a reproduit au crayon sur des feuilles de format A4 les scènes bucoliques qu'offre une certaine tradition de l'histoire de l'art. 
Le dessin fait, il a ouvert le décor à des figures inattendues: il y a quelqu'un dans le sous-bois, les buissons s'agitent, une vie nocturne s'épanouit pleinement, et un mystère qui sexualise la toile trouble la scène. 
Poussinade VII "Paysage au soleil Couchant" a été réalisée en avril 2013 d'après un tableau de Claude Gellée dit Claude le Lorrain (1602-1682) réalisé vers 1639. 
Pour le poster, Tom de Pékin a choisit de reproduire ce dessin en respectant les dimensions originales de la toile.

59 x 84 cm, impression noir et blanc. Octobre 2013.

 

 

 

 

 

Nadia Agnolet: Lamarielouise

"Dans la tradition des beaux-Arts, la « marie-louise » est un petit cadre rehaussant délicatement de tons blanc ou crème les nuances d’une toile ou d'un dessin. Désuétude de l’art de l’encadrement, méritant peu de tendresse, elle m'inspire une série de portraits en décomposition, faussement encadrés de bois marouflé.

Imprimé en noir et blanc, le poster "Lamarielouise" prolonge la série tout en la chahutant. Les couleurs vives et sales disparaissent et reste la nonchalance du geste dont les jets de peintures et les croquis d’ornements ratés sont les empreintes."

Nadia Agnolet.

84 x 59 cm, impression noir et blanc. Octobre 2013.

 

 

 

 


Camille Girard et Paul Brunet: Le poster.

Camille et Paul ont d'abord travaillé d'après une photographie de Frédéric Fleury vue sur internet. Ils ont reproduit cette image à l'encre sur une feuille A4.

Il y'a dans le travail de Camille et Paul un rendu du réel qui produit une surcharge de détail, tendant à confondre objets, motifs et personnes. Nous voulions, en exposant cette image à la reproduction mécanique, voir la réaction de sa lisibilité.

84 x 59 cm, impression noir et blanc. Septembre 2013.

 

 


Dans le ciel tout va bien: Tour à tour.

C'est parti d'un dessin où les nombreuses et diverses densités de noirs ne rendaient pas le motif immédiatement discernable. On voyait quelque chose vibrer sur la feuille. Cette qualité tenue, nous voulions tester sa résistance face à un mode d'impression peu propice à respecter ses finesses. Il nous est alors revenue une nouvelle image.

59 x 84 cm, impression noir et blanc. Août 2013.

 

 


 


Alice Rétorré: Premier jardin.

Dans une nouvelle de Paul Morand, on trouve le Musée de la Faune Ornithologique Locale, où il n'y a qu'un perroquet qui répète le mot "horreur".  Nous on a pris des tickets pour l'autre musée, celui où les animaux disent "chérie chérie".

40 X 58 cm, impression noir et blanc. Janvier 2013.

 

 

Raphaël Kuntz: Mollien.

Cette image issue d'une série de travaux portant sur l'utopie, l'histoire et l'architecture a été produite par ordinateur après l'étude des salles du musée du Louvre. Toutes les oeuvres ont été omises et il reste un espace dont l'histoire s'est absentée.

59 x 84 cm, impression noir et blanc. Septembre 2012.

 

 

Julie Redon: Sauvage façade.

Sur cette photo de la grotte Chauvet, il y avait des motifs, des mains positives et une tête de mammouth. Tout a été effacé avec le tampon de duplication de Photoshop, la grotte a recouvert le dessin de la grotte. On ne regarde pas trop longtemps car il y a une surface qui semble nue. C'est comme d'être là "avant la peinture".

59 x 84 cm, impression noir et blanc. Février 2012.

 

 

 

 



Marion Jdanoff et Julie Redon: Club rupture / cérémonies.

Ce poster est accompagné d'un texte qui explicite sa fonction magique. Les pouvoirs de cette image apportent à celui qui la possède une vie sentimentale heureuse et épanouie. On voit aussi que souvent la mort est mieux rangée que la vie.

Poster 58 x 40 cm et notice 29,7 x 21, impression noir et blanc. Décembre 2011.

 

 

 

 


Séverine Hubard: Fantasmas.

Pour répondre à l'invitation, Séverine Hubard a photographié les images et notes de travail accrochées au-dessus de son bureau, dans sa maison de Buenos-Aires.

Cela donne à voir les façons dont sa pratique artistique est liée à l'environnement, la culture populaire, les souvenirs, la recherche et aux motifs et pensées associés à des personnes lointaines.

Le titre "Fantasmas" peut être traduit en français par "fantôme"; il y a des revenants qui ne repartent pas.

59 x 41 cm, impression couleur. Octobre 2011.

 

 

 

 


Auteur anonyme: Christine.

Un photographe anonyme invité à occuper la surface du poster a produit un montage à partir de photos trouvées et volées.

118 x 84 cm, impression couleur. Septembre 2011.

 

 

 

Julie Redon: L'excursion

Le premier poster de la série est la reproduction d'un dessin où le déraillement conduit à une belle rencontre.

40 x 60 cm, impression noir et blanc. Juin 2011.